Categories
Social media, Actu digitale

Les « momfluencers » ou « parentfluencers » sont en augmentation constante sur les réseaux sociaux, principalement sur Instagram. Ces influenceuses sont des mamans qui partagent leur vie quotidienne, y compris celle de leurs enfants, avec leur public. Cette pratique attire à la fois une forte demande des abonnés et l’intérêt commercial des marques.

La participation des enfants à ce type de contenu n’est généralement pas initiée par un désir impérieux des parents d’exposer leur progéniture. C’est plutôt le résultat d’une pression constante de la part des marques qui souhaitent atteindre de nouveaux consommateurs via ces influenceuses. Nathalie Cohen, qui dirige une agence qui cible les influenceuses pour les marques, explique que lorsqu’une influenceuse lifestyle annonce qu’elle est enceinte, elle est immédiatement inondée de demandes de marques de puériculture.

Oralie Guenzi, une influenceuse, témoigne de l’attrait qu’elle a suscité dès 2013, recevant des produits gratuits pour bébés. Après un certain temps, elle a commencé à demander une rémunération, se rendant compte qu’elle offrait aux marques une valeur égale ou supérieure à ce qu’elles lui donnaient. Elle a finalement quitté son travail de vendeuse pour devenir une influenceuse à temps plein.

Cependant, la prolifération de comptes similaires a conduit à une certaine uniformité des contenus. La plateforme Bilbokid, qui sert de lien entre les influenceuses et les marques, exige un engagement significatif de la part de l’audience de l’influenceuse et un contenu unique pour obtenir des partenariats rémunérés.

Cependant, le rôle des marques est critiqué. Eleonore Bridge, blogueuse et créatrice de contenus, pense que les marques devraient être plus responsables lorsqu’elles demandent aux influenceuses de mettre en avant leurs enfants. Elle note que beaucoup de marques se sont retirées lorsqu’elle a refusé de montrer le visage de son fils ou de taguer son corps avec le nom d’une marque.

La réglementation relative au travail des enfants est également un sujet de préoccupation. En cas de partenariat rémunéré, l’enfant doit avoir un contrat de mannequin et respecter des heures de travail et de repos spécifiques. Certaines marques évitent cependant de faire ces déclarations pour ne pas payer de salaire supplémentaire.

Enfin, cette tendance soulève des questions sur le droit à l’image des enfants et le respect de leur vie privée. Certains utilisateurs et créateurs de contenu s’inquiètent de l’exposition détaillée de la vie des enfants. Eleonore Bridge a exprimé son inquiétude à ce sujet et a décidé de ne pas montrer le visage de son enfant ni de mentionner son nom sur les réseaux sociaux. Les influenceuses qui ont accepté de parler de ce sujet affirment qu’elles évitent de surexposer leurs enfants et définissent leurs propres limites.

Lire l’article complet ici : https://www.ladn.eu/media-mutants/comment-instagram-est-devenu-une-usine-a-exploiter-les-bebes/

Calendar

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Recent Comments